WCA Communiqué de presse WCA-025 | 06/03/2019

La WCA se félicite de la décision de la Haute Cour Fédérale d’Abuja sur Sisiku Julius Ayuk TABE et d’autres, et appelle le Cameroun à se conformer à la décision de la cour et à renvoyer tous les individus au Nigéria.

La WCA se félicite de la décision de la Haute Cour Fédérale d’Abuja du 1er mars 2019, selon laquelle l’enlèvement et l’expulsion de Sisiku Julius Ayuk TABE et d’autres, le 5 janvier 2018, d’Abuja au Nigéria vers la République du Cameroun, constituaient une violation de leurs droits fondamentaux. La WCA se félicite également de la décision du tribunal, selon laquelle ces personnes devraient être renvoyées au Nigéria, réhabilitées et indemnisées.

Les personnes impliquées, y compris Sisiku Julius Ayuk TABE, sont largement considérées comme des personnalités du mouvement en quête d’une plus grande autonomie des anglophones au Cameroun. La WCA sait que ces personnes ont été déportées à Yaoundé au Cameroun, et maintenues en détention secrète pendant plus d’un an et dans des conditions déplorables.

A la lumière de ce qui précède, la WCA appelle les gouvernements du Nigéria et du Cameroun à se conformer à la décision de la Haute Cour Fédérale d’Abuja, et à mettre en œuvre le verdict de la cour et à respecter les lois internationales sur le traitement des réfugiés fuyant la persécution.

De plus, la WCA lance un appel à l’Union Africaine, au Commonwealth, aux Nations Unies, à la Cour Internationale de Justice (CIJ) et à la communauté internationale, notamment les États-Unis, la Russie, le Canada, la Chine, la France, le Royaume-Uni et d’autres, pour qu’ils appuient sur le Nigeria et le Cameroun à se conformer et exécuter le verdict de la Haute Cour Fédérale d’Abuja en tant que mesure de renforcement de la confiance qui permettra de désamorcer la violence dans les régions anglophones du Cameroun, où le gouvernement camerounais cherche à résoudre la crise par l’usage de la force dans une campagne militaire.

La WCA souligne que les anglophones minoritaires du Cameroun se plaignent depuis plusieurs décennies de la marginalisation politique, sociale et économique depuis l’indépendance en 1961, lorsque le Cameroun méridional a rejoint La République du Cameroun dans une fédération de deux États qui a été démantelée depuis par le gouvernement majoritairement francophone. Cela a conduit à des actions de grève et à la désobéissance civile qui se sont transformées en un conflit violent dans ces régions du Cameroun.

La WCA appelle le gouvernement camerounais et le président Paul Biya à déclarer un cessez-le-feu afin de créer les conditions nécessaires à la poursuite du règlement pacifique de la crise.

La WCA apprécierait toute occasion de travailler avec toutes les parties pour rechercher une solution honnête, permanente et durable qui permettrait de s’attaquer aux causes profondes de cette crise anglophone qui affecte négativement les régions anglophones du Cameroun.

2019-03-06T18:51:25+00:00 March 6th, 2019|Anglophone Problem, Civil Society, News, Perspectives, Politics & Governance, Press Releases, WCA Press Releases|Comments Off on WCA Communiqué de presse WCA-025 | 06/03/2019