Warning: fopen(/home/hp3-linc4-nfs1-w/777/1043777/user/htdocs/wp-content/uploads/wpcf7_uploads/.htaccess): failed to open stream: No such file or directory in /home/customer/www/westcamassoc.org/public_html/wp-content/plugins/contact-form-7/includes/file.php on line 247
WCA Communiqué de Presse-022 | 21/05/2018 – WCA

WCA Communiqué de Presse-022 | 21/05/2018

La West Cameroon Association (WCA) répond à l’ambassadeur des États-Unis à la République du Cameroun (LRC) à la suite de sa déclaration sur l’escalade de la crise anglophone dans les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest du Cameroun, dans lesquelles il a accusé certains camerounais vivants aux Etats-Unis d”alimenter la crise

La WCA a été très déçue de lire les declarations largement commentées de l’ambassadeur américain au Cameroun, son excellence M. Peter Henry Barlerin, pendant la cérémonie de remise des deux avions militaires avancés comme don des Etats-Unis au dictateur de LRC, Paul Biya, soi-disant pour utiliser dans la lutte contre le Boko Haram dans le bassin du lac Tchad et « autres crises». Il est très probable que ces biens militaires seront aussi déployés par le régime du président Paul Biya contre son propre peuple, les anglophones, dont il a trompeusement décrit comme « sécessionniste terroristes » dans une crise qui s’intensifie dangereusement dans les régions anglophones du Cameroun. Ceci est un très malheureux développement, puisque le régime brutal de Yaoundé pourrait se sentir justifié par les remarques inutiles de lambassadeur américain accusant certains camerounais résidants aux Etats-Unis d’alimenter cette violence, qui est principalement commise par l’armée de LRC.

La WCA soutient l’ambassadeur en condamnant toutes sortes de discours de haine venant de tous les côtés du conflit. Cependant, étant donné que c’est le président Paul Biya lui seul qui a commencé cette crise, qui puis s’est dégénérée à son niveau actuel, il est alarmant que l’ambassadeur américain n’a pas mentionné les obséquieuses et sauvages violations des droits de l’homme, meurtres brutales, l’ incendie répandue de presque tous les villages anglophones (parfois avec des civils handicapées âgées à l’intérieur de leurs propres maisons), et le déplacement des dizaines de milliers des civils dans le pays et à travers la frontière avec le Nigeria.

La racine du soulèvement dans le Cameroun Occidental est l’annexion illégale du Cameroun Occidental (l’ancien Cameroun Méridional Britannique) par LRC, soutenue par la France. Le Cameroun Occidental a été un état dont l’indépendance a été approuvé par la résolution 1608 de l’ONU, dans laquel les États-Unis et 53 autres pays membres ont voté de lui accorder son indépendance. Cette vote a ensuite permis le territoire britannique du Cameroun Méridional (suite d’un plébiscite en 1961) à la transition vers létat fédéré du Cameroun Occidental dans le cadre de la République Fédérale du Cameroun.

La WCA avait prévu et averti contre le courant escalade de cette crise que nous voyons aujourdhui depuis plus de 16 mois. En outre, la WCA tient également à attirer l’attention de l’ambassadeur Barlerin sur le rapport produit par l’ambassade américaine en 1986 (CIA rdp86t01017r000707040001-2.pdf, www.cia.gov) au Directeur de la CIA, prédisant cette crise, si le régime Biya poursuivrait ses plans d’assimiler l’identité linguistique et culturelle des Camerounais Anglophones. Nous attendons que l’ambassadeur aurait été bien et de manière appropriée informé sur ces questions. Le gouvernement du LRC, en ce moment-là, n’a jamais agi pour résoudre la crise par des solutions durables proposées. Au lieu de cela, le régime a lancé une politique de l’augmentation et de la progressivité d’escalade dans la violence et de répression brutale, qui a abouti à la situation qui prévaut aujourd’hui – qui se détériorait plus en outre, à moins que les questions fondamentales ne soient traitées avec l’urgence que la situation mérite.

La WCA voudrait davantage attirer l’attention de l’ambassadeur Barlerin au rapport de Amnesty International 2017/2018 sur les droits de l’homme au Cameroun,

https://www.amnesty.org/en/countries/africa/cameroon/report-cameroon/

mettant en évidence l’inquiétante nature de la situation au Cameroun.

Depuis que la crise a repris à nouveau en octobre 2016, nous avons vu ce qui suit:

1. La déclaration de guerre du président Paul Biya sur les Anglophones quil a collectivement étiquetés “sécessionnistes terroristes” – un récit complètement trompeur destiné à mal adresser l’opinion internationale et de façon inappropriée étiqueter la population du Cameroun Occidental, qui exigent légitimement la restauration de leur état fédéré du Cameroun Occidental autorisé par les Nations unies. LRC sait que cette étiquette est complètement mensongère, mais l’utilise comme un prétexte pour exercer une punition collective contre les Anglophones au Cameroun. La WCA défie LRC à justifier la réclamation du terme « sécessionniste » par la production de tout document montrant une traité d’union entre les deux États fédérés à partir de laquelle l’une des parties pourraient se “séparer”.

2. L’incendie systémique des villages, des entreprises et dans certains cas, des personnes âgées et les personnes handicapées ayant été brûlées vif, car ils ne pouvaient pas échapper à la terre brûlée des attaques des forces de LRC. Quelques-uns des images de ces attaques d’incendie criminelles ont été capturés sur vidéo et ont été soulevés au points de presse quotidien des Nations unies. Curieusement, ils ont été tourné en dérision par l’officier de point de presse de lONU.

3. L’exécution systématique et extra-judiciaire, délibérée et indiscriminé, tuant des civils non armés, qui sont parfois sortis de leurs maisons et sommairement exécuté à sang-froid par les forces de sécurité de LRC. Des preuves crédibles capturées sur la vidéo de cette barbarie sont à la disposition du public et en circulation sur les réseaux sociaux.

4. Le déplacement massive interne des civils anglophones, certains cachés dans les forêts et les buissons, et un gonflement dans le nombre des réfugiés au sud-est du Nigeria, actuellement estimée par le HCR à dépasser 60,000 (soixante mille).

En dépit des appels répétés par la communauté internationale pour un véritable et inclusive dialogue sans conditions préalables pour résoudre les causes profondes de la crise anglophone, ce qui l’ambassadeur américain lui-même, ainsi que la maison du Parlement du Royaume-Uni, ont encore une fois fait l’écho, le gouvernement du président Paul Biya a choisi de ne pas tenir compte de la voix de la raison et au lieu de cela, a intensifié la violence sur les populations civiles dans le Cameroun Occidental. Des rapports font l’allusion de l’utilisation des avions militaires contre les civils désespérément fuyant et non armés.
La WCA souhaiterait appeler le gouvernement américain à exercer son influence sur le régime du Cameroun, de cesser immédiatement la violence et de commencer des véritables et inclusives négociations pour une solution durable pour révoquer l’annexion l’illégale de l’état fédéré du Cameroun Occidental – une flagrante violation de la résolution 1608 des Nations Unies.

La WCA défend l’intégrité territoriale de la nation du Cameroun en tant que sanctionné par le mandat de l’ONU en 1961, appel à la restitution de l’Etat fédéral du Cameroun Occidental dans une solution à deux état d’une République fédérale qui garantit les patrimoines respectifs et la coexistence pacifique des deux peuples dans leur diversité et au travail pour construire une nation apte de joindre la famille des Nations civilisées.

Mr S Ndah-Mbi
On behalf of the Secretariat

2018-05-21T14:07:30+00:00 May 21st, 2018|Anglophone Problem, Civil Society, News, Politics & Governance, Press Releases, WCA Press Releases|Comments Off on WCA Communiqué de Presse-022 | 21/05/2018